Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

Enfants : Back to normalMissions au Bénin

Médecins du Monde est une ONG (organisation non gouvernementale), née d'une dissension de Médecins sans Frontières, suite à un désaccord sur l'aide à fournir aux boat people vietnamiens à la fin des années 1970. L'OPÉRATION SOURIRE en est une émanation spécialisée dans la chirurgie plastique (qui est l'un des points forts de la chirurgie au sein de MDM). Sont particulièrement concernées les pathologies habituelles, mais aussi les malformations congénitales ou les tumeurs. OPÉRATION SOURIRE envoie des missions un peu partout dans le monde.

On identifie, on soigne et on réintègre, C'est le sens de la mission

Dr, quelle est la fréquence de vos interventions au Bénin ?
J'y effectue une mission par an, et ce, depuis douze ans. J'ai pu ainsi établir une relation de fidélité, tant avec les personnels hospitaliers qu'avec les associations locales. Cette relation suivie est très importante car elle me permet de préparer avec une anticipation suffisante des programmes opératoires adaptés à la demande.

Sur quelle recommandation choisissez-vous les cas sur lesquels vous allez intervenir ?
Ce sont les membres du CAEB (Comité d'action et d'éducation du Bénin) – regroupant assistantes sociales et enseignants (en général à la retraite) – qui se rendent dans les villages et repèrent les enfants en difficulté. Cette mission n'est pas simple car en Afrique, les enfants malformés sont souvent cachés, en affet les croyances y voient encore parfois le signe d'une malédiction.

En va-t-il de même avec les enfants mutilés à la suite d'accidents ?
Non, ceux-là ne provoquent aucune crainte superstitieuse.

Une fois que vous êtes sur place, que se passe-t-il ?
Lorsque nous arrivons avec toute l'équipe (anesthésiste et infirmière), tout a été négocié avec les familles et l'hôpital. Il ne nous reste plus qu'à les opérer et à assurer le suivi. Ce dernier point est important car, pour des malformations congénitales, plusieurs opérations sont en général nécessaires. D'où l'intérêt de la régularité des missions et des rapports constants avec les associations locales qui maintiennent le lien avec les familles, chose impossible avec une mission isolée. D'une année sur l'autre, je retrouve les cas qui nécessitent un suivi opératoire. Et, bien sûr, j'ai parfaitement en mémoire leur historique.

LES ENFANTS RETROUVENT ALORS UNE VIE NORMALE !
Pas tout à fait ! Ils ont souvent été totalement désocialisés et c'est au tour de l'association de prendre le relais pour les réinsérer dans la famille, le village et surtout les re-scolariser.
Ce n'est qu'après un laps de temps plus ou moins long qu'ils auront retrouvé une certaine « normalité » et qu'ils auront rattrapé un cursus normal.

VOTRE MISSION ?
Identifier, soigner et réintègrer. C'est le sens de la mission.

MAIS UN CHIRURGIEN DOIT S'APPUYER SUR UN PLATEAU TECHNIQUE ?
Il faut en effet une structure hospitalière locale sérieuse où l'on peut opérer dans de bonnes conditions. En l'occurrence, je m'appuie sur un extraordinaire hôpital de brousse dépendant d'une mission italienne, l'hôpital Saint Jean de Dieu à Tanguiéta : Situé au nord du Bénin aux confins du Niger, du Nigeria, du Togo et du Burkina Faso, cet établissement moderne accueille aussi les enfants des pays limitrophes. On y forme par ailleurs des internes du CHU de Cotonou.

CET HÔPITAL N'EST-IL PAS DÉBORDÉ ?
Effectivement, les médecins font face à un afflux important de malades et le bloc opératoire était plutôt saturé, mais grâce à une autre association, nous avons pu financer une deuxième salle d'opération. Nous avons ensuite transféré tout l'équipement technique d'une clinique de Béziers qui venait de fermer.

LES BLOCS OPÉRATOIRES N'OUVRENT-ILS QU'À L'OCCASION DE VOS SÉJOURS ?
Pas du tout ! Il y a déjà l'énorme activité chirurgicale quotidienne de l'Hôpital et puis de nombreuses missions se relaient tout à long de l'année et utilisent ces salles, chacune recouvrant des spécialités bien précises et très performantes (la chirurgie générale est parfaitement prise en charge par les professionnels béninois). Personne ne vient ici pour « se faire la main » mais pour apporter une spécificité particulière.

UNE ORGANISATION LOCALE BIEN HUILÉE, DONC ?
Oui, mais il faut saluer l'incroyable directeur médical et administratif de cet établissement à but non lucratif, le frère Florent Priuli, véritable homme-orchestre ; religieux, médecin, échographiste, chirurgien talentueux et gestionnaire… vraiment extraordinaire.

QUELLE EST LA DURÉE DE VOS MISSIONS ?
En général deux semaines.

PENDANT LESQUELLES VOUS OPÉREZ DU MATIN AU SOIR ?
Absolument ! Hormis, si c'est possible, une demi-journée ou une journée au parc national de la Pendjari, qui est situé à proximité.

QUELS SONT LES CAS LES PLUS FRÉQUENTS ?
En dehors des malformations congénitales, il existe un vrai fléau, en Afrique sub-saharienne comme dans d'autres régions défavorisées, ce sont les brûlures qui peuvent être terribles. Le phénomène est évidemment dû à la pratique du brûlis en brousse, mais aussi à la cuisine et au chauffage au bois, ce qui occasionne, au milieu de la hutte, des incendies ou la mise à feu des vêtements des enfants.

MAIS VOUS N'AVEZ PAS LES ÉQUIPEMENTS POUR TRAITER LES GRANDS BRÛLÉS ?
Non, nous n'intervenons que sur les séquelles, quelquefois gravissimes, que laissent des brûlures non traitées ou simplement soignées par des plantes dans des conditions rudimentaires. On observe en particulier des membres rétractés qu'il faut libérer en insérant des greffes et des lambeaux.

Qui finance ?

Médecins du Monde prend en charge les frais liés à la mission, qui est évidemment bénévole. Lorsque c'est nécessaire, le CAEB prend en charge les frais des patients, grâce à des fonds qu'elle récolte de son côté (y compris en France).

CHIRURGIE GRATIFIANTE
Que retirez-vous, personnellement, de ces missions ?
Une grande satisfaction. Cette chirurgie est en effet très gratifiante dans la mesure où elle contribue à permettre à des enfants de retrouver une vie normale avec un avenir souvent déterminé par le mariage… En outre, la confrontation d'une culture différente est d'autant plus enrichissante que là-bas, tout est sourire, bonne humeur et… reconnaissance. C'est également un grand plaisir de retrouver à chaque séjour les équipes locales qui sont devenues presque une seconde famille !

SOUS-ENTENDEZ-VOUS QUE LES CAS SONT BEAUCOUP PLUS CONSÉQUENTS AU BÉNIN QUE « BACK HOME » ?
En ce qui concerne les séquelles de brûlures, les cas aussi graves sont, Dieu merci, presque inexistants en France, du fait des centres perfectionnés dont nous disposons. Mais, dans mon cabinet, les patients qui portent une disgrâce physique à leurs yeux endurent une souffrance psychologique presque comparable (toute chose étant relative à l'évolution culturelle). Je me sens donc tout aussi utile au Nord qu'au Sud !
© TEAM Surgery
ISSN : 2118-4941 - Tous droits réservés SAS ORNORM
Disponible sur Apple Store et Google Play
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis