Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

Clédia, une admirable détermination

C'est à quinze ans que Clédia se retrouve lourdement handicapée, suite à une méningite foudroyante. Face à cette situation soudaine, elle a dû cohabiter avec le handicap et s'efforcer de le dépasser. Ce témoignage nous montre comment Clédia a su dégager de cette « faiblesse » une force qui lui a insufflé l'énergie nécessaire à la reconquête de son intégrité perdue.
Elle fait ici l'analyse du déficit physique auquel elle est confrontée depuis trois ans, et raconte comment, pierre après pierre, elle s'est construit une seconde vie. Le récit de cette extraordinaire remontée est beaucoup plus qu'un témoignage. Il suscite en réalité un nouveau regard de la société sur le handicap.

Témoignages

UN ACCIDENT PAREIL, C'EST UN VÉRITABLE COUP DE MASSUE. COMMENT L'ENCAISSER ?
Que voulez-vous y faire ? On n'a tout simplement pas le choix. On prend les choses comme elles viennent, sans chercher à comprendre. Mais la première crainte, c'est la perspective de la dépendance car on ne peut pas se sortir seule d'une telle situation. C'est d'abord le corps médical, bien sûr. Avant même la cicatrisation complète de mes mains, j'ai commencé la rééducation avec les ergothérapeutes afin de retrouver une sensibilité et une certaine autonomie. J'ai dû apprendre à m'adapter, à dépasser la difficulté et à être patiente. Cela s'est fait assez naturellement. Le réapprentissage de la marche s'est passé de la même manière, avec l'aide des kinés et des prothésistes. Mais évidemment, j'ai souffert de faire souffrir mes parents, de leur avoir fait peur.

Il n'y a rien de pire que de voir un proche souffrir et avoir mal. C'est bien pire que d'avoir mal soi-même. Cela étant, sans le soutien de ma famille, je n'aurais pas pu m'en sortir ! Ils m'ont aidée à me projeter, à calmer mes angoisses, essayant toujours de créer un environnement heureux, afin de détourner mon esprit. Ils me permettaient de voir loin.

CELA VALAIT LA PEINE !
Effectivement. Au final, il n'y a pas un geste de la vie quotidienne que je ne puisse faire. Mais il m'a fallu être exigeante envers moi-même pour y parvenir.

ET D'UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE ?
Avant ma maladie, j'étais plutôt à l'aise face aux autres, mais j'étais quand même assez introvertie. À cet égard, rien n'a changé ! Enfin, si ! J'ai maintenant confiance en mon corps, qui a su se guérir et se remettre sur pied. Quant à la fatalité, il est vain de s'y attarder. Personne n'a la réponse car il n'y a pas de réponse.

VOS COPAINS DE CLASSE ?
Ce point est assez intéressant : dans une circonstance pareille, on reconnaît ses véritables amis, ceux pour lesquels les valeurs essentielles dépassent largement les mesquineries de cour de récréation. Il y a ceux qui n'ont pas compris que ce que j'ai subi, c'est un accident !

C'est comme si j'étais revenue du ski avec une jambe dans le plâtre ! Ce que je souhaitais, c'était de la bonne humeur et non quelconque apitoiement ! Il m'a fallu tout de même, là encore, une grande force pour faire fi de ceux qui n'ont pas compris ce qu'est un accident – qui peut arriver à tout le monde – et éloigner ceux avec lesquels on n'est plus sur la même longueur d'onde. Ce que j'ai gagné en tout cas, c'est un excellent discernement des êtres humains.

ÊTRE SURPROTÉGÉE PAR VOS PARENTS, CELA NE DEVENAIT-IL PAS ÉNERVANT ?
Non, ils ont su me laisser libre et n'ont jamais bronché quand ils me voyaient réapparaître d'une nuit en boîte avant potron-minet !

Témoignages

UNE FOIS LES SOINS TERMINÉS, LA VIE CONTINUE ?
Exactement. La vie m'entraîne, avec son train-train, le travail, les vacances, les copains, et, bien sûr, mes parents, mon frère et ma sœur, dont le dévouement a été incroyable. J'ai recommencé à aller en cours et à sortir très progressivement.

AVIEZ-VOUS UNE VOCATION ? A-T-ELLE CHANGÉ ?
J'étudie l'art appliqué à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'arts à Paris. Cela fait quelques années déjà que je souhaitais m'orienter vers le design ou l'architecture. Le parcours est donc tout à fait celui que j'avais envisagé.

AVEZ-VOUS PENSÉ À ENTRER DANS UNE ASSOCIATION DE PERSONNES HANDICAPÉES ?
Des amis de la famille ont fondé une association pour nous soutenir.
Initialement, il s'agissait de recueillir des fonds pour les prothèses, dont finalement je préfère me passer. Aujourd'hui, ils organisent des événements artistiques qui me remplissent de joie car ce sont de véritables fêtes.

VOTRE AUTONOMIE EST DONC TOTALE ?
Oui, tout à fait ! Cela dit, je pars demain pour une cure de trois semaines à Avène pour aplanir mes cicatrices, et j'aurais bien aimé avoir le permis de conduire. Mais ici c'est une galère ! Je rentre de Californie où la procédure est d'une simplicité enfantine.

ÊTES-VOUS FACILE À VIVRE ?
D'après certains témoignages, suffisamment ! Mais il ne faut quand même pas trop me chercher ! Sinon, gare aux scènes de ménage !

© TEAM Surgery ISSN : 2118-4941 - Tous droits réservés SAS ORNORM
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis