Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

Retrouver sa féminité après un cancer du seinReconstruction mammaire sans prothèse ou technique du DIEP

Une patiente ayant subi une mammectomie (ou mastectomie) se soucie immédiatement de reconstruire le sein opéré.
Un progrès considérable a vu le jour dans ce domaine : la reconstruction mammaire sans prothèse ou technique du DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator Flap).

La reconstruction mammaire sans prothèse

Pour reconstruire le sein après une mammectomie, le chirurgien s'attache à redonner le volume manquant, puis à assurer la symétrie et enfin à reconstruire l'aréole.
Pour le volume, deux options se présentent : apport synthétique (prothèse) ou naturel (graisse).
On sait aujourd'hui que les prothèses doivent être changées régulièrement (usure, apparition d'une coque, modification de la forme de l'autre sein, etc.). Les chirurgiens s'intéressent donc de plus en plus aux solutions par reconstruction autologue, c'est-à-dire en prélevant du tissu sur une partie du corps pour le transposer dans la zone du sein opéré.

Dès 1982, cette procédure était connue sous le nom de TRAM (transverse rectus abdominis muscle). Il s'agissait de prendre à partir du muscle grand droit la peau et la graisse abdominale située sous le nombril. Cette technique avait un inconvénient : le succès dépendait de l'état du site donneur car on transposait le muscle et son aponévrose.
Depuis 1995, une nouvelle technique appelée DIEP (Deep Inferior Epigastric Perforator flap) porte la faveur des praticiens car on ne touche ni muscle, ni aponévrose. Le DIEP est un lambeau cutanéo-graisseux vascularisé par le pédicule épigastrique inférieur profond.
Cette procédure suppose évidemment que la patiente souhaite être reconstruite avec ses propres tissus, sachant que cette technique permet une reconstruction évolutive (variations pondérales, ptose…), définitive et naturelle (consistance) ;
Elle est particulièrement adaptée lorsque l'autre sein ne peut être imité du fait de sa conformation particulière.
Mais encore faut-il que la structure de l'abdomen soit propice au prélèvement d'un lambeau DIEP, ce que déterminera le chirurgien.

« L'APPARITION DE CETTE NOUVELLE TECHNIQUE DE RECONSTRUCTION SANS IMPLANT A PERMIS D'ÉLARGIR LES INDICATIONS DE RECONSTRUCTION MAMMAIRE IMMÉDIATE »

Si cette solution est retenue, la durée de l'intervention varie de cinq à sept heures, et la durée d'une reconstruction par lambeau DIEP bilatérale est estimée de 10 à 12 heures. Quant à la durée d'hospitalisation, elle est estimée à cinq à sept jours (alors qu'il fallait huit à dix jours avec la technique TRAM).
L'apparition de cette nouvelle technique de reconstruction sans implant permet d'élargir les indications de reconstruction mammaire immédiate. Le lambeau libre DIEP, qui – contrairement au lambeau TRAM – n'occasionne qu'exceptionnellement des nécroses partielles et tolère très bien la radiothérapie, est le lambeau de choix des reconstructions mammaires immédiates, car il permet les traitements adjuvants postopératoires sur le sein reconstruit (chimio- et radiothérapie).

Dans un avis publié le 7 août 2011, la Haute autorité de santé (HAS) se déclare favorable à l'inscription au remboursement de l'acte de « reconstruction du sein par lambeau cutanéo-graisseux libre de l'abdomen avec anastomose vasculaire » (technique DIEP). Cette technique bénéficie donc de l'aval des autorités sanitaires et permet une prise en charge adaptée par l'assurance-maladie, si bien que de nombreuses femmes pourront dorénavant bénéficier d'une reconstruction sans prothèse.

Dans les cas de cancers comme le carcinome infiltrant, le principe était de ne jamais retarder la mise en route des traitements adjuvants. Avant l'apparition du DIEP, la reconstruction mammaire était donc différée en raison de la nécessité :
  • d'une chimiothérapie adjuvante devenant contre-indiquée en cas de retard de cicatrisation
  • d'une radiothérapie adjuvante provoquant l'apparition de coques périprothétiques
Les indications préférentielles de mastectomie et de reconstruction immédiate étaient les cancers ne nécessitant pas de radiothérapie adjuvante ou incompatibles avec un traitement conservateur.

Technique d'intervention pour une reconstruction mammaire sans prothèse

Il s'agit du prélèvement d'un lambeau cutanéo-graisseux (uniquement peau et graisse) prélevé sur la paroi de l'abdomen et irrigué par des vaisseaux perforants provenant d'une artère profonde (l'artère épigastrique inférieure).
De la reconstruction du volume et enfin de la reconstruction de l'aréole et du mamelon. Les résultats sont excellents et les patientes peuvent retrouver une féminité bien méritée.
Le chirurgien repère par un angioscanner abdominal les veines et artères qui nourrissent le lambeau, il prélève le lambeau constitué de peau et de graisse, situé sur le ventre de la patiente. Cette technique de microchirurgie se pratique à l'aide d'un microscope afin de raccorder le lambeau au niveau du thorax de la patiente.
Le lambeau à nouveau alimenté est alors façonné et mis en place afin de ressembler le plus possible au sein restant, tant par son volume, que par sa forme.

CRÉATION DE L'ARÉOLE
  • Par tatouage : qui permet de recréer une aréole sans aucun relief.
  • Par greffe d'un morceau de peau plus coloré que la poitrine.

CRÉATION DE MAMELON
  • Par greffe d'un morceau de peau prélevée sur le sein dieppé lui-même.
  • Par prélèvement sur le mamelon du sein opposé si ce dernier est suffisamment gros.

Les femmes concernées par la technique du DIEP ?

  • Femmes atteintes de cancer du sein et devant subir une mammectomie.
  • Femmes atteintes de mastopathie uni- ou bilatérale nécessitant une mastectomie prophylactique uni- ou bilatérale avec reconstruction mammaire immédiate.
     
« De nombreuses femmes pourront dorénavant bénéficier d'une reconstruction sans prothèse »

Des associations de patientes reconstruites militent pour promouvoir ce type de reconstruction mammaire : DIEP asso, www.diep-asso.fr / www.diep.medicalistes.org
 
01 / 02 - Mastectomie (ablation du sein).
03 - Préparation de la zone receveuse.
04 - Repérage veines et artères.
05 - Zone d'anastomoses (branchement).
06 - Repérage par angioscanner abdominal des veines et artères qui nourrissent le lambeau.
07 - Prélèvement du lambeau situé sur le ventre.
08 - Lambeau constitué de peau, graisse et de vaisseaux pour le branchement.
09 - Lambeau amené au niveau du thorax. 10 - Positionnement du lambeau.
11 - Le chirurgien rebranche les artères et les veines du lambeau à l'aide d'un microscope en microchirurgie.
12 - Le lambeau alimenté est modelé sous la forme d'un sein.
13 - Création du mamelon et de l'aréole.
14 - Cicatrice sur le ventre.
15 - Cicatrices autour du nombril et sur les seins.
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis