Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

La science à fleur de peauRégénération collagénique et création tissulaire

Le Professeur Vincent Casoli exerce en tant que chirurgien plasticien. Il explique ici comment une nouvelle technique, la transplantation microchirurgicale de tissu autologue néoformé, est en passe de réaliser des prouesses jusque-là impossibles.

XXXXXXXXXX

Professeur Casoli, recréer du collagène, est-ce la science ou de la fiction ?
C'est aujourd'hui une réalité, dont on n'imagine même pas les perspectives !

Quel est le principe ?
Il s'agit de créer des tissus souples collagéniques, à partir de matrices tridimensionnelles collagéniques d'origine animale. Ces matrices sont du pur collagène (type 1) issu de tendons calcanéens de bœufs néo-zélandais.

Pourquoi donc néo-zélandais ?
Parce que la Nouvelle-Zélande a été et est épargnée par toutes les maladies liées au prion (« vache folle ») si bien que tout risque de contamination est écarté, étant entendu que les prélèvements sont de surcroît totalement débarrassés de tous agents pathogènes par procédé chimique.

Ce procédé est-il nouveau ?
Ce principe est utilisé comme couverture de peau sur les grands brûlés depuis les années 80. Lorsque l'on pose ces matrices sur un sujet vivant (homme ou animal), elles entraînent une colonisation et un afflux de cellules dans les mailles du collagène, microporosités dont le calibre est en moyenne de 100 microns. Dans le lit de la plaie, les cellules endothéliales importées (celles qui tapissent la paroi des vaisseaux) et les fibroplastes du patient (cellules qui renouvellent le collagène) sont attirées par ces mailles, et se voient, en quelque sorte, « prises au piège » ; c'est-à-dire qu'elles synthétisent du collagène (type 1 et 3), mais dans un environnement structuré. Elles créent donc un tissu vasculaire au sein de la matrice importée.

Mais étant d'origine animale, cette matrice n'est-elle pas rejetée ?
Justement ! Cet afflux d'origine bovine va disparaître car l'organisme hôte rejette effectivement tout tissu exogène. Donc, on assiste simultanément à l'élaboration de tissu endogène et à la dégradation du tissu collagénique d'origine bovine. Le processus est plus ou moins long, en fonction de différents paramètres, et surtout l'état de vascularisation du lit de régénération (la plaie). Suivant le traitement chimique qu'a reçu la matrice; utilisation de GAG – c'est-à-dire un sucre nommé GlycosAminoGlycane – qui permet de réticuler (structurer) le collagène et ainsi de donner une stabilité de la matrice. Elle conserve sa structure assez longtemps.
  • Matrice avec des GAG (utilisées en clinique depuis les années 80). C'est Intégra®.
  • Matrice sans GAG (utilisé en clinique depuis 2004) qui va se déliter beaucoup plus rapidement. C'est le cas de Matriderm®.
Ces deux produits fabriquent donc le tissu collagénique vascularisé.
Par ailleurs jusqu'à ce jour aucune réaction immunologique n'a été décrite dans la littérature.

Une fois ces « matrices tridimensionnelles » transplantées à l'endroit désiré, que se passe-t-il ?
Le collagène est rapidement vascularisé et fait de facto partie intrinsèque du receveur. Cette fabrication de tissu collagénique est constatée aisément à l'histologie ou en imagerie. Il agit déjà en tant que première couverture chez le patient brûlé. Lorsque cette matrice est utilisée pour reconstruire la peau sur ce collagène bovin, est associée une couche de silicone que l'on ôte lorsque le collagène est régénéré. L'épiderme « temporaire » (la feuille de silicone), est donc remplacé par greffe de peau ultra fine au même endroit.
Suivant la qualité vasculaire du sous-sol, le néo collagène va mettre entre dix jours et un mois pour se régénérer.

Quelles sont les nouvelles applications de cette technique ?
La création au laboratoire d'un véritable tissu cutané complet par régénération collagénique (en associant des cellules cutanées dans la matrice collagénique) ouvre le champ à d'immenses perspectives.
En plus des applications devenues classiques (brûlés ou chirurgie de reconstruction des pertes de substances), nous avons récemment utilisé ce principe comme facteur de croissance vasculaire, pour la reconstruction, le resurfaçage ou le comblement des pertes de substance. On découvre en fait un nouveau type de transplant tissulaire : les lambeaux libres préfabriqués collagéniques.

XXXXXXXXXX

« Il s'agit de créer des tissus souples collagéniques, à partir de matrices tridimensionnelles collagéniques d'origine animale »

En pratique, que se passe-t-il ?
Par une opération courte, on pose la matrice sur un axe vasculaire du patient, par exemple l'avant-bras. On prend l'axe vasculaire radial, on y pose la plaque de collagène dont on suit l'évolution par échographie : colonisation de la matrice tridimensionnelle, invasion de fibroblastes et croissance du tissu collagénique créé de toutes pièces. Le patient n'est évidemment pas hospitalisé pendant cette période.
Une fois le volume souhaité atteint, on rouvre, on prélève le collagène généré (le collagène bovin ayant, comme nous l'avons vu plus tôt, disparu). On obtient un transfert autologue néo-formé que l'on peut transplanter dans une autre région anatomique. En l'occurrence, nous avons créé un comblement tissulaire sur cette patiente qui souffrait des séquelles d'une chirurgie de tumeur cancéreuse de la parotide. Elle avait subi de multiples opérations ainsi qu'un curage de la région carotidienne, qui avait au passage occasionné de multiples cicatrices. Elle souffrait d'un grave inconfort, et même de fortes douleurs au niveau de la région opérée.
À ce stade, il n'était pas raisonnable de lui proposer un lipofilling classique. D'où l'idée d'un comblement par tissu vivant.

Nous avons ouvert la région concernée selon la voie du lifting cervico facial classique pré auriculaire, disséquant une poche jugale et y glissant le collagène néoformé. Afin de maintenir vivant ce collagène transféré, il a été revascularisé par sutures de vaisseaux au niveau de la région cervicale.
C'était en octobre 2010. Aujourd'hui, la patiente est très satisfaite. Le résultat est très spectaculaire, tant au point de vue cosmétique que fonctionnel. Les douleurs ont pratiquement disparu, la qualité tissulaire est impressionnante, la peau a changé d'apparence, les cicatrices sont beaucoup moins visibles, et le confort psychologique est retrouvé. Elle peut à nouveau vivre normalement. Le vœu du Docteur Faust est enfin exaucé !
Sans aller jusque-là, je dirais simplement que nous parvenons aujourd'hui dans certaines conditions à faire fabriquer par le corps ce dont il a besoin.
© TEAM Surgery
ISSN : 2118-4941 - Tous droits réservés SAS ORNORM
Disponible sur Apple Store et Google Play
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis