Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

Abrasions chimiques du visage(Peelings)

Les peelings font appel à des substances végétales ou chimiques qui selon la puissance de leur produit actif, selon leur concentration ou selon leur durée d'application vont détruire la couche superficielle de la peau, c'est-à-dire tout ou partie de l'épiderme et pouvant aller jusqu'au derme superficiel, selon le but recherché.

Il y a bien longtemps déjà que les pâtes abrasives existent. 3500 ans avant J.-C. leurs bénéfices étaient écrits sur papyrus par les Égyptiens. Le mélange était confectionné à base de miel, de lait et d'albâtre réduit en poudre. L'être humain a donc depuis toujours souhaité embellir sa peau et en conserver la jeunesse en estompant les petits défauts (marques cicatricielles, ridules, kératose, taches brunes) et en lui donnant un aspect lisse.

L'ABRASION EST LE FAIT DE LISSER LA PEAU. LES PROCÉDÉS ACTUELS SONT LES SUIVANTS :

  • Mécanique : c'est la dermabrasion
  • Chimique : ce sont les peelings
  • Thermique : c'est la laser-abrasion

Applications des abrasions du visage (Peelings)

Des matières végétales ou chimiques sont utilisées pour réaliser les peelings. Elles agissent sur une partie ou sur la totalité de l'épiderme (couche supérieure de la peau), voire sur le derme supérieur, en détruisant les cellules. L'intensité des produits actifs contenus dans les substances, leur densité et leur temps d'application font varier le degré de destruction répondant à l'objectif visé.

CATÉGORIES DE PEELINGS
  • Peelings à base d'acides de fruits : différents types d'acides sont utilisés (lactique, mandélique, glycolique, etc.).
  • Peelings à base d'acides « faibles » : ils agissent uniquement en surface (couche granuleuse), exfoliant modérément la peau. Ce sont des acides lactique ou salicylique.
  • Peeling à base de résorcine : le produit actif est contenu dans la résorcine à 50% (pâte de Unna).
  • Peelings à base d'huile de croton ou à base de phénol : la profondeur de ces peelings peut être définie par la densité de ces composants, en fonction de l'ampleur de l'imperfection à gommer, de l'état cutané, de la région à abraser et de l'objectif visé.
  • L'utilisation du phénol est conditionnée par le bon respect du procédé d'application qui lui est spécifique. Il doit être maîtrisé par le chirurgien car il peut être toxique sur les plans hépatique, rénal et cardiaque.
  • Peeling à base d'acide trichloroacétique : le degré de profondeur de ce peeling dépend également de sa densité.

BUTS RECHERCHÉS PAR LES SOINS
Les peelings à base d'acides de fruits illuminent le visage.

LES PEELINGS AGISSANT EN SURFACE, C'EST-À-DIRE SUR LA PARTIE SUPÉRIEURE DE L'ÉPIDERME, ONT UN EFFET EXFOLIANT, ÉCLAIRCISSANT LE VISAGE :
  • Le gommage ne concerne que la partie cornée supérieure de l'épiderme.
  • L'exfoliation concerne la partie grenue de l'épiderme.
Les peelings agissant plus en profondeur sont définis comme une brûlure chimique maîtrisée. Ils produisent une réelle abrasion ayant le pouvoir d'éliminer l'épiderme, voire le derme superficiel (papillaire). Le praticien maîtrise son application en choisissant un peeling, une densité de produit et un temps de pose adaptés. Ces choix dépendent de l'ampleur de l'imperfection à gommer, de l'état cutané, de la région à abraser et de l'objectif visé.
La reconstruction de l'épiderme ou de la couche supérieure du derme se fera naturellement par cicatrisation, en surface, à la base de la couche dermo-épidermique et en profondeur aux annexes pilo-sébacées. Pendant cette phase de cicatrisation, la surface cutanée est donc vulnérable. Un traitement particulier doit lui être prodigué.
Le résultat de cette reconstruction cutanée donnera une apparence lisse. Les défauts que le (ou la) patient(e) souhaite atténuer seront relativement gommés. La cicatrisation du derme et de l'épiderme a également l'avantage de provoquer une tension de la surface cutanée, plus ou moins importante en fonction des situations. La peau est ainsi légèrement retendue.

Phase pré-opératoire

Au cours de la consultation, le chirurgien échangera avec le (ou la) patient(e) concernant ses envies, l'indication, les possibilités de traitement et l'informera plus largement sur ce type d'acte. 
Concernant les peelings agissant plus en profondeur, il est nécessaire, avant l'intervention, de bien préparer la peau afin de maximiser les résultats. Il faudra ainsi bien la nettoyer, y appliquer des soins à base d'acides de fruits ou de vitamine A acide et s'assurer d'être couvert par un traitement antibiotique. Tous ces éléments sont préconisés par le chirurgien 2 ou 3 semaines avant l'intervention afin que la peau se présente sous son meilleur jour pour le peeling.

Anesthésie et hospitalisation

LE CHOIX DU TYPE D'ANESTHÉSIE ET D'HOSPITALISATION EST LE FRUIT D'UN ÉCHANGE ENTRE LE (OU LA) PATIENT(E) ET LE CHIRURGIEN. PLUSIEURS POSSIBILITÉS SONT ENVISAGEABLES :
  • Pour les peelings agissant en surface et n'ayant qu'un effet d'exfoliation, aucune anesthésie n'est requise. L'intervention se pratique au cabinet du praticien.
  • Pour les peelings légèrement plus profonds, c'est la même chose. Dans certains cas, un calmant ou un relaxant est administré avant l'intervention.
  • Pour les peelings de profondeur, l'anesthésie n'est pas systématique. Toutefois, des anesthésies générales, locorégionale, locale ou une neuroleptanalgésie peuvent être envisagées.
  • Une hospitalisation en ambulatoire est possible : entrée et sortie le même jour précédée de quelques heures d'observation. Une courte hospitalisation est parfois indiquée : entrée la veille du peeling, voire le matin même, et sortie le jour suivant l'intervention ou deux jours après.
     
CARACTÉRISTIQUES DE L'ANESTHÉSIE, LORSQU'ELLE EST INDIQUÉE :
Le confort du (ou de la) patient(e) et du chirurgien doit avant tout être assuré lorsqu'un peeling est pratiqué.

CE POINT-CLÉ EST PLUS FACILEMENT RÉALISABLE PAR NEUROLEPTANALGÉSIE OU PAR ANESTHÉSIE GÉNÉRALE :
  • neuroleptanalgésie ou anesthésie vigile : anesthésie locale associée à des tranquillisants diffusés par intra-veineuse.
  • anesthésie générale : endormissement pendant toute la durée de l'opération.

NÉANMOINS, UNE ANESTHÉSIE LOCALE OU TRONCULAIRE EST POSSIBLE :
L'anesthésie tronculaire est particulièrement indiquée pour un traitement des paupières ou de la partie centrale de la face (menton, lèvres, nez, front). Les blocs tronculaires sont aisés à manipuler et sont efficaces : la partie du visage traitée est insensibilisée par l'injection d'une substance anesthésique près d'un tronc nerveux sensitif de la peau.
L'anesthésie locale est particulièrement indiquée pour les régions latérales de la face (tempes, joues) qui se prêtent difficilement à une anesthésie tronculaire. La partie du visage traitée est insensibilisée par l'injection locale d'une substance anesthésique sous la peau.
Les pommades anesthésiantes (EMLA) sont indiquées pour les peaux minces, notamment en cas d'abrasion de surface. Ces pommades devraient prochainement s'améliorer.

L'opération

Dans un premier temps la peau est nettoyée et aseptisée, et les champs stériles sont mis en place. Ensuite, le chirurgien applique la substance suivant les caractéristiques définissant chaque peeling (densité, temps de pose) et suivant l'ampleur de l'imperfection à gommer, l'état cutané, la région à abraser et l'objectif visé.

Phase post-opératoire et résultat

Comme évoqué plus tôt, le genre de peeling appliqué et sa profondeur définiront la phase post-opératoire.) Pour les peelings agissant en surface et n'ayant qu'un effet d'exfoliation, la phase post-opératoire est facile. Toutes les parties peuvent être traitées, en respectant quelques précautions habituelles, surtout une protection solaire. Les peelings plus profonds, eux, éliminent l'épiderme et la couche supérieure du derme par brûlure chimique maîtrisée. Le derme est découvert une fois que le peeling a été pratiqué, impliquant des rougeurs, un gonflement et un suintement de la peau.
Tout au long de la cicatrisation et jusqu'à ce qu'elle soit achevée, un traitement local, appliqué et avisé, sera dispensé (corps gras ou pansements). Il faut 10 à 15 jours pour une complète cicatrisation. Ce traitement local, assisté par le chirurgien, empêchera la formation de croûtes. Il est préférable de ne pas en avoir, mais si elles apparaissent, il ne faut surtout pas les gratter. Si elles sont arrachées, la cicatrisation sous-jacente peut en être affectée et une cicatrice peut éventuellement rester.
Au cours des deux à six premiers mois, l'aspect de la peau est rouge ou rosé. C'est pourquoi le (ou la) patient(e) doit appliquer des crèmes émollientes destinées aux peaux délicates, se protéger du soleil et utiliser un maquillage adéquat après les dix premiers jours, ce qui permettra de dissimuler ce défaut. Le résultat de cette reconstruction cutanée donnera une apparence lisse. Les défauts que le (ou la) patient(e) souhaite atténuer seront relativement gommés.
Pendant quelques semaines, la peau peut ne pas supporter les soins de beauté habituels, être vulnérable, inconfortable, asséchée et irritable. En parallèle, le chirurgien préconise un traitement global : anti-prurigineux, anti-herpétiques, antibiotiques, anti-inflammatoires et antalgiques. Les peelings ont pour objectif d'améliorer nettement l'aspect cutané, sans toutefois atteindre la perfection. Toute demande raisonnable peut aboutir à un résultat grandement satisfaisant.

Préconisations

Les peelings à base d'acides de fruits éclaircissent et illuminent le visage. Leur application doit être fréquente, sans toutefois s'attendre à un effet de rajeunissement, leur action n'étant pas suffisamment puissante.
Les peelings agissant en surface ont un effet d'exfoliation. Le visage est rafraîchi, la peau régulée. Les défauts présents à la surface de l'épiderme sont estompés par gommage. Toutes les parties peuvent être traitées par ces peelings. Leur effet de rajeunissement (ridules estompées) est limité.

LES PEELINGS PLUS PROFONDS SONT GÉNÉRALEMENT PRATIQUÉS SUR LA TOTALITÉ DE LA FACE OU SUR CERTAINES PARTIES ABÎMÉES PAR :
Les effets du vieillissement provoqués particulièrement par le soleil (élastose, taches, ridules moyennes ou de surface). Les peelings traitent la couche superficielle de la peau. Ils peuvent être associés à d'autres techniques améliorant les pertes de tension cutanée dues au vieillissement, comme le lifting par exemple ou la blépharoplastie. L'association est aussi possible avec des techniques d'injection de produits de comblement ou de toxine botulique.
Des cicatrices d'acné dont l'aspect est déprimé peuvent également être traitées par ces peelings. La couche superficielle de la peau sera lissée et les irrégularités seront corrigées.

Complications potentielles

Les complications sont très rares pour les peelings à base d'acides de fruits et les peelings de surface : la peau est plutôt régulée et le visage éclairci, une altération de la coloration cutanée est exceptionnelle.

Par contre, plusieurs complications sont possibles pour les peelings plus profonds :
Les peelings sont essentiellement pratiqués pour des raisons d'esthétisme. Ils n'en demeurent pas moins un acte médico-chirurgical agressant la peau et comportant tous les risques, même minimes, inhérents à ce type d'intervention. Les risques restent faibles (mais pas nuls) si le choix d'un chirurgien est fait prudemment et sérieusement en fonction de ses compétences pour pratiquer une telle intervention. Les complications suite à un peeling, réalisé dans les règles de l'art, restent toutefois des cas isolés. La plupart des interventions se déroulent à merveille et les résultats enchantent pleinement les patients. 

Même si elles sont rares, voici les complications susceptibles de survenir :
  • Une infection due à des microbes.
  • Un bourgeonnement acnéique.
  • Des petits kystes blancs (grains de milium).
  • Une pigmentation exagérée, due la plupart du temps à une exposition solaire précoce, apparaissant prématurément et souvent provisoire (concerne essentiellement les peaux brunes).
  • Un manque de pigmentation, plus rare et secondaire, mais souvent irréversible.
  • Des rougeurs constantes.
  • Une cicatrisation perturbée et des cicatrices gonflées, exceptionnelles mais possibles. Leur origine est souvent liée à un arrachage de croûte, à une infection insuffisamment ou tardivement soignée, à une profondeur de destruction trop importante ou à un trouble de la reformation cutanée en première phase de cicatrisation.
  • Une réaction allergique : lors de l'aseptisation cutanée ou lors du traitement, les produits appliqués peuvent causer une allergie. C'est pourquoi il est indispensable de prendre en compte tout type d'antécédent allergique du (ou de la) patient(e).
  • Des douleurs : la partie du visage ayant subi le peeling peut donner une impression de chaleur, parfois intense, au cours des premiers jours suivant l'intervention. Le chirurgien préconisera alors des antalgiques.
  • Des résultats partiellement satisfaisants, notamment liés à l'ampleur des imperfections à estomper. Le praticien avisera alors le (ou la) patient(e) de la nécessité (ou non) de réitérer l'intervention, au moins une année plus tard.

Globalement, il faut bien peser les risques liés à une abrasion chimique du visage (peeling), qui comporte toujours des aléas, et en être pleinement conscient. Le choix d'un chirurgien compétent pour pratiquer ces abrasions chimiques du visage (peelings) est le meilleur moyen pour éviter toute complication et pour s'assurer qu'il sache correctement réagir en cas de problème. Jusqu'au moment de l'intervention, le (ou la) patient(e) a toujours le loisir de poser des questions au praticien, qui s'empressera d'y répondre soit au cours de la consultation suivante, soit par téléphone.
Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire. Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis