Le portail de la chirurgie esthétique et de la médecine esthétique / Partenaire officiel de la société savante Française de Chirurgie plastique SOFCPRE
Chirurgiens Plasticiens Info
Faites votre recherche
Effectuer des recherches a travers le wiki, les actualités et la base de données de chirurgiens

Le Lifting sous endoscopie(Facial)

L'intervention vise à corriger les disgrâces présentes à ce niveau, qu'elles soient héréditaires ou dues à l'âge, en ne réalisant que quelques petites incisions d'environ 1 cm dissimulées dans le cuir chevelu.

Le choix de l'anesthésie

TYPE D'ANESTHÉSIE
Deux procédés sont envisageables :
  • anesthésie générale ou anesthésie locale « approfondie » dite anesthésie vigile (tranquillisants injectés par voie intraveineuse.
  • Le type d'anesthésie sera choisi à la suite d'une discussion, entre le patient, le chirurgien et l'anesthésiste.
HOSPITALISATION
L'opération en ambulatoire est généralement retenue. C'est la plus simple car il suffit de rester quelques heures(rarement jusqu'au matin) en milieu hospitalier.

L'opération

Chaque opération se déroule selon la technique adoptée par le chirurgien en vue du meilleur résultat possible. Certaines procédures sont récurrentes. De trois à cinq Incisions (de 5 à 10 mm) sont pratiquées au niveau du cuir chevelu derrière la lisière de la chevelure. L'endoscope muni d'une minicaméra-vidéo utilise l'un des passages ainsi ouverts, alors que les instruments spécifiques pénètrent par les deux autres incisions. Ces incisions laissent très peu de marques car elles sont minimes et dissimulées dans la chevelure. Les tempes et le massif facial sont ensuite décollés jusqu'aux commissures des lèvres (y compris pommettes et le haut des joues). Les tissus décollés sont retendus, éliminant la patte d'oie et remontant l'extrémité des sourcils. Il en va de même pour les pommettes et pour la graisse sous les yeux. Ces éléments sont replacés au moyen de fixations profondes qui sont sélectionnés par le praticien. Les incisions sont ensuite refermées, au moyen d'agrafes faciles à enlever ou de points de suture résorbables. En fonction du chirurgien, des zones à traiter, de l'ampleur des améliorations à apporter et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires, l'intervention peut durer de deux à trois heures.

La période post-opératoire

Seule une sensation d'inconfort et de tension peut se remarquer du côté des tempes et les pommettes. Le repos est exigé au cours des premiers jours, et les efforts doivent être limités. Un gonflement (œdème) peut apparaître ainsi que des bleus (ecchymoses). Le patient peut aussi larmoyer pendant un certain temps. Le temps de récupération est très variable. Le pansement est ôté dans les trois jours. Les agrafes restent en place pendant une ou deux semaines. En quelques jours (une vingtaine au maximum), une vie socio-professionnelle normale peut reprendre car toutes les traces auront disparu. Les quelques inconforts (insensibilité ou démangeaisons) ressentis pendant les premières semaines s'estompent petit à petit.

Au final

Il faut attendre de trois à six mois pour le résultat final. L'œdème est alors résorbé et la peau présente un aspect manifestement plus jeune. On constate une nette atténuation des sillons naso géniens, la zone située sous les yeux est rembourrée, un rembourrage de la région sous-orbitaire et de la pommette est perceptible, tout comme la diminution de la hauteur de la paupière inférieure. En cas de lifting frontal associé on réduit l'affaissement du front pour des sourcils en meilleure position, soulignant le regard, les paupières supérieures se trouvant plus tendues., La patte d'oie a pratiquement disparu et les rides sur le front tout comme les « rides du lion » sont très atténuées. Ce lifting procure une amélioration qui perdure même si le vieillissement n'est évidemment pas arrêté pour autant. Son bénéfice s'étend sur plusieurs années. Les améliorations sont spectaculaires, même si la perfection n'est pas de ce monde. Les attentes (raisonnables) des patients sont en général comblées.

Préparation

Le praticien écoute attentivement les attentes du ou de la patient(e), étudiant particulièrement les rapports entre la partie supérieure du visage et son ensemble. Le praticien élabore un bilan pré-opératoire.
Deux jours avant l'opération (au plus tard), une consultation a lieu avec le médecin anesthésiste. Il conviendra de stopper toute prise d'aspirine, quelle que soit la forme, dix jours avant l'opération. Les cheveux seront lavés le jour précédant l'opération et toute trace de maquillage sera enlevée. Dans les six heures précédant l'opération, le patient observera un jeûne total (ni nourriture, ni boisson).

Les attentes partiellement satisfaites

Il arrive que les attentes aient été trop optimistes. On attendait que les rides disparaissent alors qu'elles sont seulement atténuées. Ou l'on remarque un petit excès de peau sur les paupières supérieures ; une très légère. Mais il arrive aussi que l'on observe des réactions inattendues au niveau des tissus et des cicatrices. Des ridules peuvent persister, ou bien l'œil peut paraître trop creux car le rebord de l'orbite devient visible, ou encore les paupières inférieures se rétractent légèrement vers le bas. De légères asymétries peuvent aussi apparaître. Six mois plus tard, le praticien pourra intervenir, en général sous simple anesthésie locale, pour rectifier ces imperfections éventuelles. Il arrive qu'on observe des réactions tissulaires ou cicatricielles inattendues. Un œdème peut aussi s'inviter pendant un certain temps et une légère asymétrie du regard s'observer. Là encore, le praticien pourra intervenir après une période d'environ six mois afin de rectifier ces éventuels problèmes.

Applications du lifting sous endoscopie (Facial)

Plusieurs spécialités chirurgicales ont recours à l'endoscopie. Il s'agit de conduire une opération sans complètement ouvrir, par l'introduction d'une minicaméra dont on suit le champ de vision sur un moniteur, et dont le praticien contrôle les manipulations réalisées par des instruments adaptés. Le traumatisme opératoire est considérablement diminué et les cicatrices réduites au minimum. La chirurgie plastique utilise maintenant cette technique, en particulier au niveau du haut du visage, jusqu'aux commissures des lèvres.
Certaines disgrâces (héréditaires ou issues du vieillissement), se traitent ainsi en quelques incisions de dix millimètres dissimulées par la chevelure.
Le praticien décolle l'ensemble de la région, et la repositionne en la maintenant par des fixations profondes.
Sont concernés la joue, les pommettes, et les sillons autour du nez et de la joue.
Cette opération est facilement associée à d'autres gestes : élévation du coin des yeux (canthopexie), chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie), lifting du visage et du cou (cervico-facial), peeling, laser-brasion apport de toxine botulique, ou dermabrasion…
Le lifting endoscopique facial intervient sur la partie haute et sur le tiers moyen du visage, amenant un visage plus frais, plus relaxé, améliorant le regard.

CE PROCÉDÉ TRAITE EN GÉNÉRAL CES PROBLÈMES :
  • la paupière inférieure dont la taille est diminuée,
  • les pommettes suspendues, le comblement de la région située sous l'œil et le renforcement des pommettes,
  • la patte d'oie,
  • le sillon naso génien trop appuyé et les joues trop suspendues.

De concert avec un lifting frontal sous endoscopie, sont également traités :
  • les rides horizontales créées par l'affaissement du front,
  • l'excédent de peau des paupières supérieures suite à l'affaissement des sourcils,
  • les rides « du lion » qui relient les sourcils.
L'opération peut se justifier vers la quarantaine (tant chez la femme que chez l'homme). Pour les problèmes liés à l'hérédité, elle peut intervenir plus tôt.

À noter que l'assurance-maladie ne prend pas en charge ces interventions.

Complications potentielles

Tout acte médical implique un risque, aussi minime fût-il, le lifting facial endoscopique n'échappe pas à cette règle car il s'agit bel et bien d'une intervention chirurgicale.

DEUX TYPES DE COMPLICATIONS PEUVENT SURGIR, SELON QU'ELLES SONT LIÉES À L'ANESTHÉSIE OU À LA CHIRURGIE ELLE-MÊME.
  • Les risque liés à l'anesthésie ont été énoncés lors de la consultation avec le médecin anesthésiste. Des réactions imprévisibles peuvent en effet surgir, avec plus ou moins de gravité. Mais aujourd'hui, si l'anesthésie est pratiquée par un médecin anesthésiste intervenant dans un milieu chirurgical, ces risques sont devenus négligeables. Au cours des deux dernières décennies en effet, les progrès en matière d'anesthésie ont été considérables, tant au niveau des produits qu'à celui des méthodes de surveillance. Chez une personne saine et en dehors de tout cadre d'urgence, on peut considérer que la sécurité est optimale.
  • Pour le geste chirurgical lui-même, le fait de choisir un chirurgien plasticien qualifié et compétent vous préserve de tout risque inconsidéré, tout en sachant, bien entendu, qu'il n'existe pas d'intervention sans risque.
LORSQU'IL EST FAIT DANS LES RÈGLES, LE LIFTING FACIAL ENDOSCOPIQUE N'ENTRAÎNE PRATIQUEMENT JAMAIS DE VRAIES COMPLICATIONS. LES PATIENTS SE FÉLICITENT PRESQUE TOUJOURS D'Y AVOIR RECOURU.
  • Pour le principe, il faut toutefois citer les complications potentielles.
  • Des hématomes peuvent surgir. Ils sont en général sans gravité et doivent être résorbés si trop visibles.
  • Comme le lifting sous endoscopie (facial) est réalisé en milieu aseptique, tout risque d'infection est pratiquement écarté.
  • Grâce à la taille réduite des cicatrices, les éventuelles complications sont encore plus rares que dans les liftings classiques, même si une légère chute de cheveux peut se produire (surtout chez le fumeur).
  • Lésions nerveuses : elles peuvent parfois concerner certaines branches sensitives des nerfs peuvent être affectées, entraînant des démangeaisons au niveau du front. Une paralysie des muscles du front se produit dans des cas rarissimes, et se résorbe avec le temps.
Il convient donc, sans les surévaluer, de prendre conscience des risques liés à toute intervention chirurgicale, même la plus simple. Un chirurgien plasticien qualifié dispose de la compétence nécessaire pour limiter au maximum ces complications et être en mesure de les traiter, si jamais elles devaient surgir. Jusqu'au moment du lifting sous endoscopie (facial), vous aurez toujours le loisir de poser des questions au praticien, qui s'empressera de vous y répondre soit au cours de la consultation suivante, soit par téléphone.

Fumer augmente le risque de complications chirurgicales de toute chirurgie. Arrêter de fumer 6-8 semaines avant l'intervention élimine ce risque supplémentaire. Si vous fumez, parlez-en à votre médecin, votre chirurgien et votre anesthésiste ou appelez la ligne Tabac-Info-Service au 3989 pour vous aider à réduire les risques et mettre toutes les chances de votre côté.
> Trouvez les chirurgiens qualifiés plus proches de chez vous
    Votre avis nous interesse
    Proposition de participation a projet collaboratif pour l’amélioration et le développement de l’information grand public, concernant la chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
    Le présent appel à propositions vise à mettre en place des partenariats d’idées avec les lecteurs du portail des chirurgiens plasticiens qualifiés en france par le Conseil National de l’Ordre des Médecins. Ceci, afin de faire évoluer les sujets du monde de l’esthétique et de la reconstruction, ayant pour objectif de servir l’intérêt général.
    Transmettre votre avis